Espace personnel

Mot de passe oublié

Vous êtes ici

Amblamex contre une cyberattaque

"C'est un sacré stress que je ne souhaite à personne !"

 

L'équipe de l'association Amblamex présidée par Marie Christine SEYTIER, a eu la désagréable expérience de voir la boite mail d'Amblamex attaquée. La technique est courante. Les escrocs transmettent régulièrement des mails d'alerte incitant les destinataires à ouvrir une pièce jointe. "Pris dans l'action du quotidien, nous avons cliqué sur le fichier corrompu, explique la présidente d'Amblamex. A partir de cet instant tous les contacts d'Amblamex enregistrés sur l'ordinateur ont été absorbés; sachant que tous les commerces adhérents s'y trouvent. Nous gérons un site de vente en ligne collectif !"

Avec les mails collectés, les pirates ont ensuite envoyé un mail type indiquant que Christiane Poirot, animatrice d'Amblamex, en difficulté en Afrique, avait besoin, en toute discrétion, d'une somme importante d'argent. "En deux heures, nous avons reçu tellement d'appels téléphoniques pour nous prévenir et pour s'assurer que tout allait bien que je n'ai pas pu travailler ! Cela aurait pu bloquer les ventes."

Amblamex est la fédération des 3 unions commerciales d'Ambérieux en Bugey, Lagnieu et Meximieux. Elle a mis en place Mon Panier futé, un site de vente en ligne des produits de leurs commerces avec point de retrait sur chacune de leurs communes. "Nous avons constitué une base de contact conséquente. Ce type de piratage peut avoir des répercussions importantes pour notre modèle économique."

Bloquer l'accès aux malfaiteurs

"Notre réflexe a été de contacter la CCI de l'Ain pour nous aider. C'est un sacré stress que je ne souhaite à personne !"

Elle a été mise en relation avec un conseillé de la Chambre qui l'a guidée pour rétablir la situation. Une nouvelle adresse mail a été créée avec un nouveau mot de passe.

L'adresse piratée a quant à elle été mise en sommeil pendant 2 à 3 semaines. Son mot de passe a été aussi changé. Aujourd'hui elle n'est plus utilisée pour l'envoi de courrier mais elle est néanmoins conservée pour l'historique des courriels. En outre, Marie-Christine Seytier a porté plainte à la Gendarmerie.

Une vigilance quotidienne

Ce mode de cyberattaque repose sur le facteur humain comme faille d'un système qui se veut de plus en plus sécurisé techniquement. "La vigilance doit être quotidienne. Une fois la tempête passée, la CCI nous a donné des conseils pour éviter ce genre de désagréments comme par exemple changer de mot de passe régulièrement en le complexifiant avec des majuscules, des minuscules et des chiffres. Nous évitons maintenant, d'ouvrir les fichiers joints quand on trouve un message suspect !".