Espace personnel

Mot de passe oublié

Vous êtes ici

Moissonnier meuble les palaces du monde

Mots-clés :

  • Imprimer
  • Agrandir
  • Diminuer
  • |

Paris, New York, Moscou, Séoul, Hong Kong et, dès juin 2014, Pékin : les showrooms Moissonnier exposent aux quatre coins du monde les élégantes collections de mobilier nées à Bourg-en-Bresse. « Émile Moissonnier a créé l’atelier d’ébénisterie en 1885. Nous continuons à produire des meubles de haute facture, en croisant l’ADN du savoir-faire traditionnel du XVIIIe siècle et l’esthétique de la création contemporaine, avec des lignes extrêmement audacieuses, des univers très colorés. Chaque pièce qui sort des ateliers est unique, travaillée avec l’intelligence de la main », explique Jean-François Perche qui, avec Annie- Pierre Moissonnier, sa soeur, et Christine Duval, son épouse, perpétue l’entreprise familiale.

L’ancestrale maison, qui compte aujourd’hui un effectif de 38 salariés, est labellisée EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant), Ateliers d’Art de France et Comité Bellecour. Entièrement réalisés au sein de l’atelier bressan, les meubles Moissonnier séduisent entre autres les plus grands palaces hôteliers, en France et à l’étranger. L’entreprise œuvre également en lien avec les architectes d’intérieur et décorateurs, « sur des chantiers d’excellence, avec des exigences souvent très spécifiques : un meuble entièrement sculpté, une bibliothèque de 4 m de haut, une commode XVIIIe qui intègre une vasque de lavabo… »

Développer l’export est une volonté de longue date – « Déjà en 1920, l’entreprise travaillait avec les États-Unis » – et qui s’accentue, avec le soutien de la CCI. « Les Journées Pays apportent un regard complet sur la situation économique d’une zone. Les missions Ubifrance permettent de participer à des salons spécialisés à l’étranger, de rencontrer des investisseurs locaux. » L’action porte ses fruits : 80 % du chiffre d’affaires sont aujourd’hui réalisés à l’international, « avec un déploiement vers l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Russie, le Moyen-Orient, et depuis trois ans, vers l’Asie, qui était auparavant un marché difficilement accessible ».